Des outils pour les profs...


 

 

Nous mettrons à votre disposition, sur cette page,

des enregistrements, des outils méthodologiques et pédagogiques élaborés dans le cadre de l'action-recherche "Lire le monde".

 

Si vous souhaiter nous rejoindre dans cette réflexion, n"hésitez pas à nous contacter...

 

Enregistrement audio


Télécharger
De sapiens à Avatar : les constats fondateurs de "Lire le monde"
Enregistrement de l'intervention de Vincent Massart auprès d'une équipe pédagogique. St Genis Laval, 2018
De sapiens à Avatar. VMT.m4a
exe Fichier 9.7 MB

Documents écrits


Télécharger
Cadre de notre recherche action.pdf
Document Adobe Acrobat 563.8 KB
Télécharger
Démarche de co-réflexion - Titres.docx
Document Microsoft Word 19.8 KB
Télécharger
Questions de lecture.pdf
Document Adobe Acrobat 118.3 KB

DU QUESTIONNAIRE AU QUESTIONNEMENT

Un article de Vincent Massart


 

Peut-on faire oublier les questions aux élèves ?[1]

 

Question provocatrice quand on sait que ces « questions » constituent l'essentiel du rapport que les élèves toutes catégories confondues entretiennent avec le texte rencontré dans le cadre de la scolarité.

 

A la question posée en primaire (Coralie, CM2) : « Qu'est-ce que tu fais en français ? » La réponse invariablement est :

       ben ! Heu ! Je réponds à des questions...

 

A la question posée à un ex-élève de Bac (Yohan, 1ère année BTS) : « Si tu devais identifier une activité emblématique des cours de français pendant ta scolarité que garderais-tu ?  La réponse est la suivante :

      un texte et des questions.

 

On ne va pas se flageller ! Les questionnaires c'est ce que l'on (le prof, moi, vous peut-être) savons le mieux faire. Et plutôt que de jeter le bébé avec l'eau du bain, questions et questionnaires, arrêtons-nous un instant sur cette activité pour en discuter l'intérêt, les limites et les enjeux d'apprentissage.

En préambule, deux types de constats s'imposent à celui qui se trouve en observation dans les classes et/ou en formation de jeunes collègues.

 

Premier constat :

D'abord, on constate chez les enseignants débutants (mais en la matière on peut le rester longtemps), une réelle difficulté à bâtir une activité autre que le «questionnaire ». Le second constat est la prolifération sur le média internet des propositions tout azimut de « questionnaires de lecture » qui présente comme une activité d'évidence ce qui n'est qu'une activité didactique possible parmi d'autres...

 

Second constat :

Il existe un hiatus de taille entre l'usage que l'enseignant fait du questionnaire et celui intégré par l'élève en situation.

 

Le premier pense et pose des questions à son élève pour l'amener – l'obliger – à lire le texte... dans le but de l'amener à le comprendre. Le questionnaire n'est ici qu'un outil, un processus, qui s'inscrit dans une démarche heuristique et herméneutique où l'apprenti lecteur doit – je dirais, coûte que coûte – entrer dans une compréhension et l'élaboration du sens.

 

Le second, l'élève, à force de questionnaires, a toutes les chances de se méprendre sur la finalité de l'exercice. Pour lui (c'est la réponse de Yohan), le moyen se confond avec l'objectif et la lecture devient le préalable non pas à la compréhension mais à la réponse ; où comprendre, c'est « bien » répondre à « la » question. Pourquoi, dès lors, lit-on à l'école ? Et ma foi ! Pour pouvoir répondre aux questions posées ! Le hiatus identifié devient une aporie didactique et un contre-sens pédagogique (oh ! Le gros mot !). Aporie, car au moment même où le prof pense son dispositif en fonction d'un objectif, celui-ci disparaît au regard de l'élève dont l'activité cognitive s'arrête alors au dispositif, l'intelligence éveillée par le prof. évaporée en chemin. Les questions fonctionnant souvent comme ces miettes de pain avec lesquelles l'enseignant voudrait tracer son itinéraire, mais à force de dévorer des questions le chemin disparaît et quand il se retourne le Petit Poucet lecteur est bel et bien égaré !

 

Alors quoi ! Haro sur les questions ?

Pas si vite et à la barre de la défense, nous pouvons citer deux courtes synthèses sur la pertinence des questions :

 

Réflexion sur les questions (d'après J .GIASSON : La compréhension en lecture)

 

Les questions jouent un rôle important dans le travail sur la compréhension d'un texte. Il est important de distinguer :

     Les questions d'évaluation : la réponse n'est utilisée que pour dire si elle est exacte ou non, par exemple : Quel est le nom de ... Où se passe l'histoire...

 

     Les questions d'enseignement : elles permettent de faire expliciter aux élèves les stratégies qu'ils utilisent pour répondre, par exemple : qu'est-ce qui te fait dire que... ? Pourquoi le titre est-il bien choisi ?...

 

 

  A propos des questions de compréhension (d'après R.GOIGOUX)

 

On peut utiliser différents types de questions :

 

     Questions littérales ponctuelles : trouver où la réponse se trouve dans le texte,

 

     Questions littérales globales : recomposer entre elles des informations éparses dans le texte,

 

     Questions inférentielles :

      Inférences de liaison : établir des liens entre des informations prises dans le texte,

      Inférences interprétatives : établir des liens entre des informations du texte et desconnaissances antérieures du lecteur.

 

Nous pouvons rapidement en tirer comme conclusion que ce ne sont donc pas les « questions » qui sont à proscrire mais bien les enchaînements de questions, les listes, les litanies de questions. Ce n'est donc pas tant la « question » que le « questionnaire » qu'il est nécessaire (pour davantage d'efficacité) d'interroger.

 

Au préalable à l'étude d'un texte ou d'une œuvre, quatre questions à se poser

 

1.        Qu'est-ce que j'ai apprécié – ou découvert – dans ce texte que je projette de partager et de faire découvrir aux élèves ? 

  •  Un plaisir esthétique
  •  Une émotion particulière
  •  Des idées, des valeurs importantes
  •  Une façon de raconter, de décrire, d'argumenter…
  •   etc.

 

 2.        Quelles questions souhaiterais-je que les élèves se posent à l'issue cette lecture ?

  •  La condition humaine
  •   L'importance du point de vue
  •  La responsabilité collective
  •  L'importance de l'histoire
  •   La relativité des certitudes
  •  etc.

  3.        Quelles notions ai-je le projet d'aborder à l'occasion de cette lecture ? (De quoi les élèves ont-ils besoin ?)

  •  L'étude du lexique, la polysémie, le champ lexical,
  •  Le point de vue et les différentes focalisations narratives
  •  La structure du discours argumentatif
  •  Le fonctionnement d'un texte dramatique
  •  La mise en scène d'un texte
  •  etc.

 

 4.        Quelles activités à mettre en place pour que les élèves atteignent ces objectifs ?

  •  Un QCM...
  •   Des consignes de lecture... 
  •   Un vrai ou faux...
  •  Une liste de questions...
  •  L'écriture d'un commentaire...
  •  La rédaction d'un résumé...
  •  L'élaboration à deux d'un questionnaire sur le texte...
  •   etc.

 


[1] Cette réflexion fit l’objet d’une publication. Vincent Massart, (2009)« Peut-on faire oublier les questions aux élèves ? », Lire au lycée professionnel, n°60.